Général

Première `` image lumineuse '' capturée par TESS Planet-Hunter de la NASA


Juste une semaine après que le télescope Kepler de la NASA se soit réveillé de manière inattendue et ait recommencé à travailler, l’agence spatiale a eu d’autres bonnes nouvelles. Leur dernier chasseur de planète, le Transiting Exoplanet Survey Satellite (TESS), a capturé son image de «première lumière», une image détaillée du ciel du sud.

Un large filet

L'image scientifique, prise avec les quatre caméras grand champ de TESS, montre une richesse impressionnante et presque romantique d'étoiles et d'autres objets célestes. «Dans une mer d'étoiles débordant de nouveaux mondes, TESS lance un large filet et transportera une multitude de planètes prometteuses pour une étude plus approfondie», a déclaré Paul Hertz, directeur de la division astrophysique au siège de la NASA à Washington.

«Cette première image de science de la lumière montre les capacités des caméras de TESS et montre que la mission réalisera son incroyable potentiel dans notre recherche d'une autre Terre.»

La photo présente des parties d'une douzaine de constellations, à la fois les grands et petits nuages ​​de Magellan, l'amas globulaire 47 Tucanae, ainsi que les étoiles Beta Gruis et R Doradus.

«Cette bande de l'hémisphère sud du ciel comprend plus d'une douzaine d'étoiles dont nous savons qu'elles ont des planètes en transit d'après des études antérieures d'observatoires au sol», a déclaré George Ricker, chercheur principal de TESS au Kavli Institute for Astrophysics and Space du Massachusetts Institute of Technology (MIT). Recherche à Cambridge.

À la recherche de transits

Les caméras de TESS sont en fait à la recherche de transits, d’événements célestes qui se produisent lorsqu'une planète passe devant son étoile. Du point de vue d'un satellite, cela se traduit par une diminution de la luminosité de l'étoile.

TESS doit surveiller 85 pour cent du ciel en deux ans, en étudiant le 13 secteurs constituant le ciel méridional dans sa première année et l'autre moitié dans la seconde. TESS transmet ses conclusions chaque 13,7 jours au Deep Space Network de la NASA qui les transmet au TESS Payload Operations Center du MIT.

Les données sont ensuite traitées et étudiées dans le pipeline Science Processing and Operations Center du centre de recherche Ames de la NASA dans la Silicon Valley, en Californie, afin de localiser, espérons-le, des candidats prometteurs pour le transit des exoplanètes. Le télescope spatial James Webb et d'autres observatoires spatiaux et terrestres utilisent également la spectroscopie pour en savoir plus sur les découvertes planétaires du TESS.

TESS s'appuie sur le travail de son prédécesseur Kepler, mais ses étoiles cibles sont 30 à 300 années-lumière loin et à propos 30 à 100 fois plus brillants que ceux de Kepler qui étaient également beaucoup plus éloignés (300 à 3000 années-lumière un moyen).

TESS a également commencé les observations demandées dans le cadre du programme TESS Guest Investigator, un programme qui invite les scientifiques à mener des recherches à l'aide du satellite.

Jusqu'à présent, le projet a été très populaire et très fructueux en voyant de nombreuses propositions d'enquêteurs invités, selon la NASA.

«La communauté scientifique ronge le morceau pour voir les données étonnantes que TESS produira et les découvertes scientifiques passionnantes pour les exoplanètes et au-delà», a déclaré Padi Boyd, scientifique du projet TESS au Goddard Space Flight Center de la NASA à Greenbelt, Maryland.


Voir la vidéo: NASAs New Planet Hunter: TESS (Septembre 2021).